1 déc. 2008

.
.
.
LE PARAPLUIE DE LA REINE
.

Une reine du Bengale,
Sinon de tout autre endroit,
Errait dans sa capitale,
Malgré la pluie et le froid.

Elle était fort arrosée,
Quand il lui vint à l’esprit
De visiter un musée,
Histoire d’être à l’abri.

Et donc, avec son escorte,
De son pas olympien,
Elle allait franchir la porte…
Mais voilà qu’un gardien,

Un ancien militaire,
La pria de laisser son
Parapluie au vestiaire,
Sans faire plus de façons.

Quelle singulière idée !
Songea notre majesté
- Tu ne m’as pas regardée,
Murmura-t-elle aparté.


Elle voulut passer outre
En conservant son pépin.
Oui, mais va te faire fiche,
Elle s’insurgeait en vain.

Le brave homme, calme et digne,
Sans autrement s’émouvoir,
En tenait pour sa consigne,
Et ne voulait rien savoir.

Et l’on s’explique sans peine
Sa résistance : il n’avait
Jamais vu sa souveraine
Depuis le temps qu’il vivait.

Et puis il est certain qu’une
Reine, quelle qu’elle soit,
A moins de choir de la Lune,
Rien ne la désigne en soi.

Et pour qu’un souverain même
En impose à ses sujets,
Il lui faut un diadème…
Un sceptre… et autres objets.


*
* ...*


Dans le cas qui nous occupe,
Le fidèle gardien
Ne voulait pas être dupe,
Ne reconnaissant, en rien,

Une autorité suprême
Chez cette femme en courroux,
Qui n’avait pour tout… emblème
Qu’un parapluie, après tout.

*
* ...*


Donc, poursuivant la querelle,
La reine insistait toujours.
Fort heureusement pour elle
Que des seigneurs de sa cour

Se mêlèrent à la scène
Et se portèrent témoins
Que c’était bien là leur reine ;
Mais il n’en fallut pas moins,

Pour convaincre le bonhomme
Qui s’aplatit - et comment !
Qui se crut mort ou tout comme
Tandis que finalement


Celle-ci, fort amusée
Du trouble du vieillard,
Pénétra dans le musée
Avec son rose riflard.

Ce n’est pas un très beau geste :
Les reines comme les rois
Sont d’un exemple funeste,
Qui croient dominer les lois.


RAOUL PONCHON
le Journal
19 janv. 1914

.
.

1 commentaire:

Ramy d'Ormond a dit…

vraie mise en scène. ce duo image et texte de Ponchon fonctionne parfaitement... merveilleux