4 mai 2008

.
.
.
COULEURS SOLIDES
. Les couleurs solides à l'huile sont absolument indélébiles.

RAFFAELLI *


Raffaëlli l’un des grands ducs
De la peinture à l’huile,
Vient d’inventer un nouveau truc
Qui la rend plus facile
Et plus jolie aussi de ton,
Larifondaine, Larifondon
C’est là du moins ce qu’il nous dit
Biribi
A la façon d’Raffaëlli
Mon ami.


La peinture à l’huile encore hier
Était un vrai liquide ;
Et l’on sait qu’au contact de l’air
Chacune huile s’oxyde.
Et les siccatifs, mon garçon
Larifondaine, Larifondon
Faisaient l’effet d’un dégueuli
Barbari
A la façon d’Raffaëlli
Mon ami.


Plus de brosses ni de pinceaux,
D’appui’mains de palette,
C’est de la couleur en morceaux
Qu’on tient dans sa fourchette,
Une vraie pommade en bâtons,
Larifondaine, Larifondon,
On peint alors comme on écrit
Biribi
A la façon d’Raffaëlli
Mon ami.

.


Un autre avantage important
Qu’il faut que je dévoile
C’est qu’on met beaucoup moins de temps
Pour couvrir
De la toile
Donc, les moyens d’expression
Larifondaine, Larifondon
Sont augmentés à l’infini
Biribi
A la façon d’Raffaëlli
Mon ami.

Sur la foi de ce boniment
J’allai donc ru’Laffitte
Où l’on expose en ce moment
L’Œuvre Raffaëllite
Peinte dans ces conditions
Larifondaine, Larifondon
J’en suis encor tout abruti
Biribi
A la façon d’Raffaëlli
Mon ami.


Le procédé d’Raffaëlli
Avant cette promenade
N’était pas si joli
C’était une panade,
Un barbotage pour dindons
Larifondaine, Larifondon.
Mais, mon Dieu ! que dire aujourd’hui,
Biribi
De la façon d’Raffaëlli
Mon ami.



Raffaëlli nous dit encor
De sa peinture à l’huile
Qu’elle dure jusqu’à la mort,
Qu’elle est indélébile,
Oh ! jusqu’à la mort, c’est bien long
Larifondaine, Larifondon
Biribi
Ah ! La façon d’Raffaëlli !
Mon ami.


RAOUL PONCHON
Le Courrier Français - 21 déc. 1902


Jean-François Raffaëlli (1850-1924) peintre, graveur, sculpteur. estimait qu’un artiste, stimulé par sa passion intérieure, devrait exprimer ses idées dans tous les médias.
Il présente une partie de l'humanité souvent négligé par d'autres artistes. Le portrait des paysages de la banlieue parisienne et de ses habitants - vagabonds, ouvriers, le caractérise, considérant souvent l'homme comme un symbole de l'individualisme aliéné par la société industrielle moderne.
Son travail est représenté dans les collections permanentes des musées à Paris (Musée d'Art Moderne), Versailles (Clemenceau), Bruxelles, Copenhague, Oslo, Stockholm, New York (Metropolitan Museum of Art), Boston, Chicago, etc .
Raffaëlli fut honoré lors d’une exposition au Musée Marmottan à Paris (oct. 1999).

.

1 commentaire:

jérome a dit…

merveilleux peintre souvent plus connu à l'étranger qu'en France