28 janv. 2008

.
.
.
ELEGIE A UNE CASSEROLE
.

A RAOUL PONCHON
.
.
De quel cuivre, de quel étain,
Casserole, fus-tu forgée ?
Qu’écrivit pour toi le destin ?
Dans quelle cuisine rangée,
Fais-tu la gloire des souillons ?
Composa-t-on maints ripaillons
Dans tes flancs ou gronda la sauce ?
(Quels doigts y trempèrent, dis-moi ?)
La bobonne était-elle grosse ?
Le patron semait-il l’effroi ?

Dis-moi quels cordons-bleus austères
Firent sauter dans tes flancs d’or
(Ô ! Quels ragoûts y mijotèrent !)
Des rognons d’agnelets, de porcs ?
A quelle barre vénérable
Te pendis-tu ? Sur quelle table
Se traîna ton cul mordoré ?
Et quel enfer, pour ta souffrance,
Sans voir ton gosier altéré,
A fait bouillonner ton jus rance ?

Tu vas, maintenant vif métal,
Barrant une rigole immonde !
As-tu souci du mot fatal ?
Sais-tu ce que c’est que le monde ?
Connais-tu les âpres chemins
Où s’écorchent les pieds humains ?
Un collecteur sera la tombe
Où tu t’iras purifier ;
Même la casserole tombe,
A qui désormais se fier !


G. DELAQUIS
Le Courrier Français
31 juin 1898

.
.

1 commentaire:

Fle a dit…

Bonjour

Votre blog est très intéressant. Je viens de le découvrir et j'y reviendrai.

Cordialement,

F. Lefaix

http://dadaparis.blogspot.com/