14 janv. 2010

.
.
.
JANVIER
.
Avril, l’honneur et des mois
Et des bois,
Avril, la douce espérance
Des fruits qui sont le coton
Du bouton
Nourrissent leur jeune enfance.

( Rémy Belleau ) *

.
.
Janvier, l’horreur et des mois
Et des bois,
Janvier, qui fais que l’année
Débute, on ne sait pourquoi,
Iroquoi-
Sement par être fanée ;

Janvier, terreur des lézards,
Des musards
Qui, sous ton ciel taciturne,
Déplorent ce long sommeil
Du Soleil,
Cachés au fond de leur turne ;

Janvier, l’effroi des oiseaux
Et des eaux
Dont les petites voix douces
S’arrêtent de gazouillir,
De jaillir
Jusques aux premières pousses ;

.


Janvier, tu es un torchon,
Un cochon,
Ou, si tu veux, une truie :
Et tu ne sais même pas
Si tu vas
Nous ch… vent, neige ou pluie.

Tu souffles vilainement,
Méchamment
Et sans chalumeaux d’aveines,
La peste et le choléra,
…t’coetera…
Dans le sang pur de nos veines ;

Tu nous fripes le gosier ;
De l’osier
De tes autans tu nous cingles,
Et nous lardes tour à tour
Tout autour
De cent millions d’espiègles ;

Tellement que pour me re-
mettre un peu,
Moi, qui suis un homme sobre,
Il me faut chez le bistro
Boire trop
Du jus chaleureux d’Octobre.



Tout ça ne serait trop rien,
Crois-le bien,
Je n’en souffre outre mesure,
Si tu n’acharnais, fougueux,
Sur les gueux
Ton effroyable morsure.

De Décembre la vertu
- Diras-tu -
Ne te semble pas bien vive,
Et souvent plus meurtrier
Février
Vous met un homme à la rive ?…


Mais Décembre, s’il est froid,
C’est son droit,
Puisqu’il termine l’année,
Il ne saurait être un mois
A la fois
D’âme jeune et surannée ;

Quant au futur Février,
O Janvier !
- Et déjà ma plume en tremble -
Je l’engueulerais aussi,
Dieu merci !
Pour si peu qu’il te ressemble.



RAOUL PONCHON
le Courrier Français
24 janv. 1897
.
.

Aucun commentaire: