16 sept. 2007

.
.
.
Pour les modèles poursuivis


A Sarah Brown

Approchez-vous ; ces vieux, ce sont des sénateurs,*
On les prendrait plutôt pour d’antiques acteurs,
Mais non. Ce sont bien des sénateurs, quoi qu’on die.
Mettons des sénateurs qui jouent la comédie.
C’est vilain, odieux, stupide, lourd, balourd,
Cacochyme, goitreux, jésuite, aveugle et sourd,
Cela sue à grande eau l’impudence et le vice
Et cela passe pour avoir de la justice.
Ca n’a rien de chrétien et ça mange du foin ;
Que vous dirai-je encor ? C’est gâteux à ce point
De ne distinguer pas un cheval d’un moufle,
L’imprescriptible droit d’avec une pantoufle,
Et tandis qu’on devrait les mettre à Charenton
Chacun de ces vieillards fait son petit Caton.

Un de ces idiots est cause en ce moment
Que l’on poursuit Sarah, le modèle charmant.
Savez-vous ce qu’a fait cette grande coupable ?
Elle a commis sans doute un crime épouvantable?
A-t’elle, tout à coup prise d’égarement,
Jeté du vitriol aux yeux de son amant ?
A-t’elle donc volé les tours de Notre-Dame ?
Non. Son crime est cent fois plus noir et plus infâme :
Apprenez donc qu’au bal dénommé des Quat’z’Arts,
Aux yeux de Bérenger venu là par hasard,
Elle a paru par trop légèrement vêtue.
Ce qui n’est comme on sait permis qu’aux statues,
A-t’il dit.
Donc, messieurs, vous voyez bien qu’il faut
Envoyer ce petit modèle à l’échafaud,
Tout au moins en prison, si ça n’est pas au bagne,
Qui laissa voir son corps sans malice et sans pagne.
Vous promèneriez-vous ainsi dans la campagne ?
Qu’est-ce que deviendrait, je vous demande un peu,
La morale, avec des mœurs pareilles ? Mais, peut-
Être me direz-vous, ce n’est pas un tel crime
Que se décolleter dans une fête intime ?

Si. Se décolleter comme se mettre à poil
Constitue un délit pour ce sérieux ratapoil,
C’est cela qu’il s’agit de démontrer. La chose
Est plus simple pour lui que cueillir une rose.
Ces messieurs du Sénat, un peu bas du plafond,
Pour le bon sens, d’ailleurs, ont un dégoût profond,
Et les trois quarts du temps ne savent ce qu’ils font.
Ces malheureux ne sont plus même haïssables,
Etant de Sarceyens cerveaux irresponsables.

Ils appellent délit, n’importe quoi, parbleu !
Le ciel qu’ils veulent gris complote s’il est bleu.
Vous comprenez que ces justiciers à la manque
( Comme à la comédie il faut que rien ne manque )
Citent des policiers aveugles, des mouchards
Qui n’ont rien vu, des tas de ténébreux pochards.,
Ignorant ce que c’est que le bal des Quat’zarts ;

Qu’ils s’appuient sur des lois et sur des textes kurdes,
Compulsent des auteurs abolis, nuls, absurdes,
Et prennent à témoin Cujas et Lamoignons
Sur qui poussent depuis toujours des champignons
Pour le crime établir qu’à grande peine ils fabriquent
D’aucune vérité jamais ils ne se piquent,
Et le plus étonnant c’est que l’on trouve encor
Des magistrats pour être avec ces gens d’accord.


O Sarah Brown ! Si l’on t’emprisonne, pauvre ange !
Le dimanche j’irai t’apporter des oranges !



Raoul Ponchon

le Courrier Français - 21 mai 1893


Aucun commentaire: